Actualité

Lycéenne tuée à Kuntzig: dix ans de prison requis contre le chauffard

Publié le 20/01/2015

Le parquet a requis dix ans de prison ferme contre un chauffard qui avait tué  une lycéenne à scooter il y a un an sur une route départementale de la région de Thionville (Moselle). L’automobiliste avait consommé de l’alcool, de la drogue et n’avait pas de permis de conduire.

 

Le parquet de Thionville a requis dix ans de prison ferme à l’encontre d’un chauffard qui avait mortellement fauché une lycéenne à scooter en janvier 2014. Le juge devra se prononcer sur cet homicide involontaire traité par le tribunal correctionnel près d’un an jour pour jour après le drame qui avait coûté la vie à Déborah, une lycéenne âgée de 17 ans et scolarisée à Thionville.

 

Le constat est accablant pour cet homme de 33 ans originaire de Yutz (Moselle). Le chauffard qui avait tué Débora, 17 ans, dans la nuit de samedi à dimanche 19 janvier 2014 alors qu’elle circulait à scooter sur une route départementale près de Kuntzig roulait sans permis, sous l’emprise de stupéfiants et d’alcool. Des circonstances aggravantes qui ont conduit à mettre en examen et à placer en détention provisoire ce délinquant de la route dont les multiples délits routiers étaient déjà connus des services de police. Il s’agit là d’un multirécidiviste.

 

Sa femme, âgée de 31 ans qui était présente au moment de l’accident mortel avait également mise en examen. Directement complice de son mari, elle n’a pas porté assistance à la victime après le choc. Le juge d’instruction en charge de l’affaire avait donc décidé sa mise en examen.

 

Un gros mensonge inventé par le couple

 

L’adolescente revenait de Bertrange (Moselle) après avoir passé une soirée  de babysitting dans sa famille. Elle rentrait en scooter au domicile familial. Alors qu'elle prenait un virage à droiteelle a été percutée par une voiture, une Renault Mégane bleue, arrivant dans l'autre sens. La jeune fille avait été violemment percutée alors qu’elle était à l’entrée de son village.

 

La lycéenne, scolarisée au lycée Hélène Boucher à Thionville, terminale Scientifique, avait été projetée à plusieurs dizaines de mètres de son scooter, confirmant la violence du choc et potentiellement la vitesse élevée du véhicule incriminé.

 

Le chauffard avait abandonné sa voiture accidentée dans un champ à proximité de l’accident. Il avait été interpellé quelques heures après l’accident. La gendarmerie avait lancé un vaste dispositif de recherches appuyé d’une équipe cynophile et d’un hélicoptère venu de Metz. Finalement, les gendarmes ont retrouvé la trace du chauffard grâce à un appel téléphonique passé à l’hôtel de police de Thionville par le conducteur de la voiture abandonnée. Celui-ci a affirmé dans un premier temps avoir été victime d’un car-jacking, d’où l’abandon de son véhicule dans un champ. Il a finalement reconnu avoir renversé la jeune fille à scooter et s’être enfuit à pieds. Le couple est originaire de Yutz, ville située à côté du théâtre de l’accident. Le couple a finalement lors de leur garde-à-vue avoir renversé la jeune fille et avoir inventé un scénario pour tenter de se disculper du drame. 

LOR'Actu.fr

Actualités

  • Congrès européen à Moulins, jeudi et vendredi 26/27 avril

    Violence routière

    Suite
  • Associations présentes

    2 ème Congrès de Moulins

    Communiqué de Presse

    Suite
  • Berlin: perpétuité pour un «rodéo» mortel

    Par Le Figaro.fr avec AFP : 27/02/2017

    Suite
  • "Justice au XXIe siècle": les associations de sécurité routière mitigées

    Le Point

    Suite
  • GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO Une femme au volant, téléphone à la main, une attitude dangereuse.

    À ceux qui consentent au massacre sur la route

    Article de Jehanne Collard Avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route, ex-présidente de la Fondation Anne-Cellier contre l'insécurité routière

    Suite
Adhérer Faire un don Signer la pétition

Association
Charlotte Mathieu Adam

105 rue le Versant GALLICIAN
30 600 VAUVERT

> Nous contacter