Actualité

Collision mortelle à Périgueux : le chauffard risque dix ans de prison

Périgueux : le 16/05/2015

La voiture : arme par destination de ce criminel, refusant de s'arrêter après injonction des policiers suite à un premier contrôle, sous l'emprise de l'alcool, amphétamines, en s'enfuyant laissant ces deux victimes sans leur porter secours.

On le répète, ce comportement n'a plus rien à voir avec un "homicide involontaire".

On se bat pour que la justice qualifie ces faits de "violences volontaires qui ont entrainé la mort avec une arme : la voiture" (crime) et que ce criminel soit traduit devant une cour d'assise et non un tribunal correctionnel.

Si cela continue, tous les jours vous prierez en circulant à pied, en vélo, ou en voiture en citoyen innocent pour que vous ou vos enfants ne croisez pas ce genre de criminel.

Association Charlotte Mathieu Adam.

 


Georges Cantener a eu le malheur de se trouver au pire endroit, au pire moment. Ce Périgourdin de 49 ans se situait sur le siège passager de la Peugeot blanche, percutée de plein fouet, vendredi à 5 h 50, au rond-point Lanxade, plus connu sous le nom de rond-point du lion, à Périgueux. Après un tonneau, le véhicule s'est immobilisé à une dizaine de mètres de l'impact.

La violence du choc n'a laissé aucune chance au quadragénaire domicilié dans le quartier du Bassin. Le Chanceladais de 32 ans, assis côté conducteur, blessé et choqué, a pour sa part été admis au centre hospitalier de Périgueux. C'est là que ces deux collègues se rendaient pour prendre leur poste : ils y travaillaient au sein du service chargé de la restauration.

L'individu de 41 ans qui les a violemment heurtés a passé la nuit en garde à vue. L'enquête menée par la sûreté urbaine et la brigade accident du commissariat de Périgueux va se charger de clairement déterminer les circonstances de l'accident mais les premiers éléments l'accablent. Les témoignages recueillis sur place affirment qu'à bord de sa Renault verte, il roulait à vive allure en descendant la rue Wilson et qu'il a, de manière manifeste, refusé la priorité au véhicule arrivant du rond-point des poissons. Tout laisse penser qu'il comptait prendre le giratoire à contresens.

Il conduisait sans permis

C'est vraisemblablement une triste habitude chez cet individu originaire de Montluçon (Allier) et conduisant sans permis. Il avait été pris en faute une dizaine de minutes plus tôt par une patrouille de police : elle l'avait surpris roulant en sens inverse place Francheville. Elle lui a intimé l'ordre de s'arrêter et il a fait mine de se plier au contrôle. Mais lorsque les fonctionnaires se sont approchés, il a remis les gaz. Si vite que la poursuite n'a pu être engagée. Si ce contrevenant n'était pas poursuivi, il ne craignait pas moins d'être pris. À ce titre, il semble s'être affranchi de toute règle de bon sens, roulant à tombeau ouvert dans le centre-ville de Périgueux, manquant peu avant la tragédie du rond-point du lion, de heurter une balayeuse de la Ville.

Le concernant, il s'en est tiré avec quelques égratignures. Il n'a vraisemblablement pas cherché à porter secours aux passagers de la voiture percutée, préférant prendre, une fois encore, la fuite. Manifestement, il ne s'est pas caché bien loin. Aussi surprenant que cela puisse sembler, il est revenu sur les lieux une heure et demie plus tard. Sauf qu'entre-temps les enquêteurs avaient pu mettre un nom et un visage sur le fugitif. Lorsqu'il s'est approché, un officier chargé de réguler le trafic l'a identifié. Une course-poursuite, à pied, s'est engagée. Elle s'est conclue par son interpellation, à 7 h 45, quelques centaines de mètres plus loin, rue Denis-Papin.

L'homme, déjà connu des services de police, a été auditionné vendredi après-midi. Avant cela, des prélèvements ont été effectués pour déterminer s'il conduisait sous l'emprise d'alcool et/ou de stupéfiants. Les premiers résultats devraient être connus ce samedi.

Mise en danger d'autrui

Sa garde à vue a été prolongée, vendredi soir. Elle repose sur la mise en danger d'autrui, le refus d'obtempérer, le délit de fuite et le défaut de permis de conduire. Il est susceptible d'être présenté aujourd'hui devant le procureur de la République. Il s'expose à des poursuites pour homicide involontaire aggravé par plusieurs circonstances. Si ce chef d'accusation est retenu, c'est une peine de dix ans d'emprisonnement qu'il encourt.

L’accident lié aux fausses alertes ?

 

Dans la matinée de vendredi, à Périgueux, les pompiers ont reçu cinq appels signalant une odeur suspecte laissant craindre une fuite de gaz. Cette inquiétude a notamment concerné la résidence pour personnes âgées de la rue Wilson ainsi que l’enseigne Monoprix. La directrice a, de fait, appliqué la procédure en de telles circonstances : une vingtaine d’employés et les quelques clients présents dans les allées ont été évacués du magasin. Les pompiers et une équipe de GrDF se sont rapidement rendus sur place et ont pu lever les doutes.

Il n’est pas impossible que ces fausses alertes soient liées à l’accident survenu au rond-point du lion. Des hydrocarbures, en grande quantité, se sont répandus sur la chaussée avant de gagner les égouts. Il n’est pas impossible qu’ils soient à l’origine des émanations suspectes.

 - SUD OUEST

Actualités

  • Berlin: perpétuité pour un «rodéo» mortel

    Par Le Figaro.fr avec AFP : 27/02/2017

    Suite
  • "Justice au XXIe siècle": les associations de sécurité routière mitigées

    Le Point

    Suite
  • GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO Une femme au volant, téléphone à la main, une attitude dangereuse.

    À ceux qui consentent au massacre sur la route

    Article de Jehanne Collard Avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route, ex-présidente de la Fondation Anne-Cellier contre l'insécurité routière

    Suite
  • Des gendarmes participent à une opération de contrôle, le 22 juillet 2016 au péage de Beaumont, près de Moineville (Meurthe-et-Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

    Sécurité routière : le nombre de morts sur les routes a augmenté de 30,4% en septembre

    Selon les statistiques de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 335 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine.

    Suite
  • L'invité de 7h50 France Bleu Hérault : Le coup de gueule de Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier

    Suite
Adhérer Faire un don Signer la pétition

Association
Charlotte Mathieu Adam

105 rue le Versant GALLICIAN
30 600 VAUVERT

> Nous contacter