Actualité

Death proof (Quentin Tarentino, 2007)

Comment la psychologie peut-elle se mettre au service de la sécurité routière?

francetvinfo : Première partie

source image : Death proof (Quentin Tarentino, 2007)

A première vue, il semblerait normal que les mesures prises par nos gouvernements pour améliorer les comportements des automobilistes tiennent compte des connaissances fondamentales sur le comportement humain.

Pourtant, en France, la sécurité routière est principalement une affaire politique (elle est gérée notamment par le ministère de l’Intérieur). C’est bien dommage, car si l’on utilisait ce que l’on sait des principes de base qui gouvernent les comportements humains, nous pourrions proposer des mesures politiques bien plus efficaces… 

La science du comportement : un domaine encore peu connu en France 

Le champ de recherche qui s’intéresse aux principes du comportement humain et aux mécanismes de l’apprentissage s’appelle la science du comportement. B. F. Skinner (1904-1990) est l’un des psychologues qui est à l’origine de ce champ de recherche et aujourd’hui plusieurs centaines d’études sont publiées chaque année dans de nombreuses revues scientifiques spécialisées. Cette science a pour visée l’application éthique de ses recherches pour améliorer les comportements d’intérêt social.

Malgré l’étendue de ses domaines d’application et sa reconnaissance auprès de la communauté scientifique internationale, la science du comportement est un domaine encore peu connu dans notre pays. Parmi ses nombreux champs d’application : la santé, le handicap, le travail, le social, l’économie, l’écologie, ou encore… la sécurité routière.

La science du comportement au service de la politique de sécurité routière

Pour bien comprendre comment cette science du comportement peut être appliquée à la sécurité routière, nous allons prendre trois exemples de principes de base du comportement issus de la recherche.  

Principe n°1 : l’apprentissage par les conséquences

  •  En résumé : L’être humain apprend des conséquences de ses comportements.
  •  Le fait que nos comportements soient modifiés par leurs conséquences est un principe de base qui concerne tous les êtres humains, sans exception.
  • Dans de nombreux pays dont la France, les comportements des automobilistes sont modifiés principalement par le biais de conséquences « désagréables » (méthodes répressives). Exemples de conséquences qui visent à diminuer les comportements inappropriés des automobilistes : contraventions, radars, prisons, menaces, réprimandes, etc.

Ce que la recherche en science du comportement nous apprend au sujet des apprentissages par des conséquences « désagréables » (ou méthodes répressives) :

  • Effets à court terme  (après le radar, je ré-accélère ; nombreuses récidives).
  • Répression différée = perte d’efficacité : les contraventions reçues par courrier plusieurs jours après l’infraction ont beaucoup moins d’impacts sur les comportements que si la sanction tombe dans les 3 secondes qui suivent l’infraction (actuellement des expérimentations sont en cours pour évaluer les effets d’alertes envoyées instantanément par sms sur les smartphones des contrevenants).
  • Apprend à ne pas faire certains comportements, mais n’apprend pas forcément des comportements alternatifs adaptés.
  • Réactions émotionnelles impactant la santé et encourageant les comportements agressifs.
  • Répression : « mauvais » modèle de comportement donné aux automobilistes.
  • Habituation : au bout d’un moment, la répression perd de son efficacité. 

En parallèle d’un système répressif, il existe des stratégies d’apprentissages basées sur les conséquences « positives ». Par exemple :

The speed camera lottery - The fun theory

Ce que la recherche en science du comportement nous apprend au sujet des apprentissages par des conséquences « positives » :

  • Effet et apprentissage à long terme (les comportements se maintiennent plus longtemps en mémoire).
  • Apprend les comportements appropriés, et se focalise moins sur les mauvaises conduites.
  • Pas de réactions émotionnelles impactant la santé (au contraire).
  • Pas d’agressivité (au contraire).
  • Conséquence « positive » : « bon » modèle de comportement donné aux automobilistes.

 

Publié par Jérome Lichtle psychologue

Actualités

  • Berlin: perpétuité pour un «rodéo» mortel

    Par Le Figaro.fr avec AFP : 27/02/2017

    Suite
  • "Justice au XXIe siècle": les associations de sécurité routière mitigées

    Le Point

    Suite
  • GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO Une femme au volant, téléphone à la main, une attitude dangereuse.

    À ceux qui consentent au massacre sur la route

    Article de Jehanne Collard Avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route, ex-présidente de la Fondation Anne-Cellier contre l'insécurité routière

    Suite
  • Des gendarmes participent à une opération de contrôle, le 22 juillet 2016 au péage de Beaumont, près de Moineville (Meurthe-et-Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

    Sécurité routière : le nombre de morts sur les routes a augmenté de 30,4% en septembre

    Selon les statistiques de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 335 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine.

    Suite
  • L'invité de 7h50 France Bleu Hérault : Le coup de gueule de Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier

    Suite
Adhérer Faire un don Signer la pétition

Association
Charlotte Mathieu Adam

105 rue le Versant GALLICIAN
30 600 VAUVERT

> Nous contacter