Actualité

Hérault : l’ambulancier bédaricien ivre avait tué une automobiliste

Publié le 02/12/2014

Le Bédaricien est jugé, ce mardi 2 novembre, au tribunal de Montpellier (Hérault), pour homicide involontaire. 

 

Le 16 octobre 2012, un employé d'une société d'ambulance de Bédarieux qui transportait un malade, aurait grillé un feu rouge à une intersection à Montpellier, près de l'hôpital Lapeyronie. Il a alors percuté une automobile qui franchissait le carrefour, tuant sa conductrice, Michelle Joassard, qui sortait de l'hôpital. Le conducteur est jugé, ce mardi, au tribunal de Montpellier pour homicide involontaire. La prévention étant aggravée par deux circonstances : le conducteur conduisait avec 1,62 gramme d'alcool dans le sang, mais aussi sous l'emprise du cannabis. L'entreprise est, elle aussi, poursuivie dans cette affaire.

L'ambulance aurait omis de s'arrêter au feu tricolore

Ce soir du 16 octobre 2012, le chauffeur de l'ambulance arrivant de Bédarieux aurait omis de s'arrêter à un feu tricolore du carrefour de l'avenue Gaston-Giraud alors que le signal était rouge. Il circulait les signaux lumineux de son ambulance allumés. Il a alors percuté la voiture de la victime qui est décédée une heure plus tard des suites de ses blessures. Le conducteur et son passager avaient été, eux aussi, légèrement blessés dans le choc.

"Ma vie a basculé depuis ce drame, explique Céline Nicaise, la fille de la victime. Je venais d'accoucher de mon deuxième enfant et j'ai été dans l'incapacité de m'en occuper." Céline Nicaise ne s'est jamais remise de ce drame. Elle a tenté à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours. Aujourd'hui, Céline l'assure, elle a retrouvé la force de vivre pour ses deux enfants et son mari, mais aussi pour un combat qu'elle entend mener contre la banalisation des accidents de la circulation.

"J'ai lancé une pétition pour faire évoluer la loi, explique-t-elle. Il ne faut plus que l'on parle d'homicide involontaire quand des conducteurs accumulent ainsi des circonstances aggravantes. Dans le cas du décès de ma mère, ce n'est pas un simple accident de la circulation. C'est un acte criminel. Un acte criminel causé avec une arme, la voiture du conducteur. Cet homme n'a pas volontairement tué ma mère, mais en revanche il a bu et fumé volontairement". Selon Céline, "il faudrait, avec tous ces éléments,  parler d'homicide volontaire."

La fille de la victime, " rongée par la souffrance"

Céline Nicaise n'arrive pas à taire sa colère. Elle estime que les pouvoirs publics ne prennent pas suffisamment en compte la douleur des victimes pour que les chauffards soient jugés. "Avec des sanctions plus lourdes, certains seraient peut-être plus attentifs au respect du code de la route, estime-t-elle. Cela détruirait moins de familles. Aujourd'hui, je suis rongée par la souffrance et la haine. Maman, elle a pris la perpétuité. Ne pas parler d'elle serait pour moi la condamner une seconde fois. C'était une belle dame, attachée à sa famille. Elle avait envie de vivre. On lui a enlevé ce souhait. On lui a arraché ce souhait."

Ce mardi, Céline attend une sanction à la hauteur de sa douleur. Par cette sanction, elle attend que la justice délivre un message fort aux chauffards et aux sociétés qui demandent toujours plus de rendement à leurs salariés. Et d'expliquer : "Depuis ce drame, je n'ai jamais eu un message de compassion, un mot d'excuse de la part du conducteur. Pas même une demande de pardon. La compassion de la société, je l'attends encore. Je n'ai eu qu'un mail m'expliquant que l'entreprise n'était en rien responsable de ce qui était arrivé."

Midi Libre - JEAN-PIERRE AMARGER

Actualités

  • Berlin: perpétuité pour un «rodéo» mortel

    Par Le Figaro.fr avec AFP : 27/02/2017

    Suite
  • "Justice au XXIe siècle": les associations de sécurité routière mitigées

    Le Point

    Suite
  • GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO Une femme au volant, téléphone à la main, une attitude dangereuse.

    À ceux qui consentent au massacre sur la route

    Article de Jehanne Collard Avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route, ex-présidente de la Fondation Anne-Cellier contre l'insécurité routière

    Suite
  • Des gendarmes participent à une opération de contrôle, le 22 juillet 2016 au péage de Beaumont, près de Moineville (Meurthe-et-Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

    Sécurité routière : le nombre de morts sur les routes a augmenté de 30,4% en septembre

    Selon les statistiques de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 335 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine.

    Suite
  • L'invité de 7h50 France Bleu Hérault : Le coup de gueule de Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier

    Suite
Adhérer Faire un don Signer la pétition

Association
Charlotte Mathieu Adam

105 rue le Versant GALLICIAN
30 600 VAUVERT

> Nous contacter