Actualité

Photo: Arthur Sieber, newspictures

Les chauffards de Täuffelen (BE) écopent de sept ans de réclusion

ROMANDIE : 14/12/2015

Les deux accusés de 22 ans impliqués dans l'accident mortel de Täuffelen (BE) survenu il y a quatre ans ont été condamnés pour meurtre par dol éventuel lundi. Ils écopent de sept ans et sept ans et demi d'emprisonnement et de peines pécuniaires avec sursis.


Les deux accusés devaient répondre devant le tribunal régional de Bienne de la mort d'un père de famille le 17 décembre 2011. Ce jour-là, l'un des jeunes hommes roulait à près de 100 km/h sur la route principale à hauteur de Täuffelen, au sud du lac de Bienne, avant de perdre la maîtrise du véhicule et de faucher une famille sur le trottoir.


La femme du défunt et leur enfant avaient été blessés, de même qu'un automobiliste venant en sens inverse. Les deux prévenus se livraient à une course, d'après le procureur. Celui-ci exigeait une peine d'emprisonnement de dix ans pour les deux chauffards.


L'auteur de l'accident a finalement écopé de sept ans et demi, tandis que son compagnon a pris sept ans, car il est considéré comme "un complice", selon Sonja Koch, présidente du tribunal. Elle a souligné que les accusés connaissaient le trajet et qu'il y avait de nombreuses personnes dans les rues de Täuffelen durant cette période de fêtes. Par ailleurs, les jeunes conducteurs n'avaient que peu d'expérience sur route.


Les avocats des inculpés ont tous deux plaidé pour des peines plus clémentes. Ils estiment que rien ne prouve que les deux conducteurs faisaient la course. La défense demandait 18 mois avec sursis pour l'accusé à l'origine de l'accident et l'acquittement pour le deuxième. La voiture utilisée lors du drame a été confisquée et détruite.


Possible recours
L'éventualité d'un recours reste ouverte. Le procureur et la défense veulent d'abord examiner le jugement écrit avant de se prononcer. "Il y a beaucoup en jeu", a dit à l'ats Roger Lerf, l'avocat du chauffard à l'origine de l'accident après l'annonce du jugement. 


"Nous allons réfléchir à la possibilité de faire appel", a-t-il déclaré. Le défenseur compte déposer un recours de manière provisoire. Le procureur Peter Schmidt est, quant à lui, satifsait que la justice ait retenu le meurtre par dol éventuel et non l'homicide par négligence.


Les peines infligées représentent l'un des jugements les plus sévères depuis l'introduction de Via Sicura en 2013, a dit à l'ats Patrizia Koller responsable des relations publiques à RoadCross.


Pas de souvenirs de l'accident
Le jeune Suisse à l'origine de l'accident mortel a affirmé devant le tribunal ne se souvenir de rien et ne pas pouvoir aujourd'hui encore expliquer son comportement. Il a ajouté que c'était sa mère qui lui avait raconté le drame à son réveil à l'hôpital. Cela n'aurait jamais dû se produire, a-t-il dit en exprimant en larmes ses regrets.


Le second accusé, à l'époque son meilleur ami, a contesté s'être livré à une course. Il a clamé qu'ils n'avaient jamais eu cette idée. Il a affirmé n'avoir pas vu l'accident qui s'est produit peu après qu'il eut laissé son ami le dépasser.


C'est tête baissée que les jeunes hommes ont accepté le verdict. En cas de bonne conduite, ils pourraient être libérés aux deux tiers de leur peine, a affirmé la présidente du tribunal. Elle estime que ce jugement sévère est une chance pour prendre leur vie en main.


Les deux accusés devaient répondre devant le Tribunal régional du Jura bernois-Seeland de meurtre par dol éventuel, de tentatives réitérées de meurtre par dol éventuel, ainsi que d'infractions aux règles de la circulation routière. Le meurtre par dol éventuel signifie que le prévenu avait pleinement conscience des risques encourus.

Romandie.com

Actualités

  • Berlin: perpétuité pour un «rodéo» mortel

    Par Le Figaro.fr avec AFP : 27/02/2017

    Suite
  • "Justice au XXIe siècle": les associations de sécurité routière mitigées

    Le Point

    Suite
  • GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO Une femme au volant, téléphone à la main, une attitude dangereuse.

    À ceux qui consentent au massacre sur la route

    Article de Jehanne Collard Avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route, ex-présidente de la Fondation Anne-Cellier contre l'insécurité routière

    Suite
  • Des gendarmes participent à une opération de contrôle, le 22 juillet 2016 au péage de Beaumont, près de Moineville (Meurthe-et-Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

    Sécurité routière : le nombre de morts sur les routes a augmenté de 30,4% en septembre

    Selon les statistiques de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 335 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine.

    Suite
  • L'invité de 7h50 France Bleu Hérault : Le coup de gueule de Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier

    Suite
Adhérer Faire un don Signer la pétition

Association
Charlotte Mathieu Adam

105 rue le Versant GALLICIAN
30 600 VAUVERT

> Nous contacter