Actualité

Montpellier: Pour la première fois, un homme est condamné pour avoir laissé conduire son ami ivre

Publié le 05/02/14

Le 22 décembre 2012, vers 5h du matin, Charlotte, 18 ans, mourrait après avoir été renversée par un automobiliste. Roulant à toute vitesse, sous l’emprise de l’alcool et de stupéfiants, et sans permis de conduire valide, ce Montpelliérain de 35 ans avait pris la fuite après le drame avant d'être arrêté quelques heures plus tard. Ce jeudi après-midi, plus de deux ans après les faits, la cour d’appel de Montpellier a confirmé le jugement de la première instance, soit une condamnation à six ans de réclusion criminelle.

Une première en France

Le caractère «historique» de l’arrêt de la cour est ailleurs: l’ami du chauffard, qui a fauché Charlotte, a lui aussi été condamné. Il avait prêté son véhicule et laissé partir son ami: il écope de dix-huit mois de prison avec sursis, contre un an dont six mois avec sursis en première instance. Etre condamné pour avoir laissé conduire un ami ivre qui commet un homicide sur la route, c’est une première en France. «C’est un combat que l’on avait engagé il y a deux ans, explique Stéphane Landais, le père de Charlotte. Si on peut empêcher quelqu’un de prendre le volant, il faut le faire. Cela peut sauver des vies. On espère que ce jugement permettra d’aller vers plus de responsabilisation des citoyens. Il y a un vide juridique en France, qu’il faut combler...»

Pour maître Carron, l’avocat des parents de Charlotte, ce combat quitte la sphère judiciaire, pour rejoindre «le terrain politique». «Les responsabilités des deux hommes ont été reconnues au même niveau: l’homicide involontaire. C’est une décision très forte, qui doit bénéficier d’un large écho dans la société. J’invite les gens à se responsabiliser, sur la sécurité routière», note-t-il. De son côté, maître Poilpré, l’avocat de l’ami du chauffard, n’adhère pas à l’arrêt de la cour d’appel prononcé ce jeudi. «La culpabilité ne peut pas être retenue... La cour a retenu que mon client n’avait pas fait le nécessaire, pour empêcher son ami de prendre le volant, arguant le fait que c’était un ami de très longue date. Je ne vois pas le rapport. Il n’avait pas le pouvoir de lui prendre sa clé...» L’homme devrait se pouvoir en cassation pour contester la décision.

La cour d’appel n’a pas accédé à l’autre demande des parents de Charlotte, qui souhaitaient que le chauffard soit rejugé devant les Assises, et que les faits qui lui sont reprochés soient criminalisés.

Nicolas Bonzom - 20 Minutes

Actualités

  • Berlin: perpétuité pour un «rodéo» mortel

    Par Le Figaro.fr avec AFP : 27/02/2017

    Suite
  • "Justice au XXIe siècle": les associations de sécurité routière mitigées

    Le Point

    Suite
  • GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO Une femme au volant, téléphone à la main, une attitude dangereuse.

    À ceux qui consentent au massacre sur la route

    Article de Jehanne Collard Avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route, ex-présidente de la Fondation Anne-Cellier contre l'insécurité routière

    Suite
  • Des gendarmes participent à une opération de contrôle, le 22 juillet 2016 au péage de Beaumont, près de Moineville (Meurthe-et-Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

    Sécurité routière : le nombre de morts sur les routes a augmenté de 30,4% en septembre

    Selon les statistiques de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 335 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine.

    Suite
  • L'invité de 7h50 France Bleu Hérault : Le coup de gueule de Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier

    Suite
Adhérer Faire un don Signer la pétition

Association
Charlotte Mathieu Adam

105 rue le Versant GALLICIAN
30 600 VAUVERT

> Nous contacter